C’est sans doute un bateau historique : le premier cargo à voyager à plus de 90% au vent

Par Valérie Le Nigen. Il est actuellement à quai à Concarneau dans le Finistère. Anémos est le premier voilier cargo de Towt, l’armateur basé au Havre. C’est sans doute un bateau historique: le premier cargo à voyager à plus de 90% au vent. On connaissait déjà le cargo Canopée, basé à Bordeaux qui utilise des ailes pour décarboner 30 à 40% de son transport. Ou le voilier Grain de Sail II qui peut transporter 350 tonnes de marchandise. Mais là, on ne joue pas dans la même catégorie: Anémos est un véritable cargo d’une capacité de 1100 tonnes, véritablement à la voile. Ça avance! On l’a visité pour vous.

Un cargo à voile plus rapide qu’un porte conteneur polluant

A bord, Guillaume Le Grand, l’armateur co-fondateur de Towt, cligne des yeux en regardant les mats. Ils font 55 mètres de haut. Leur extrémité est donc à 64 mètres au-dessus de l’eau. Les quatre bômes vont bientôt être installées: « On aura une voilure de 3 000 m². » Des échelles permettent de descendre dans les six cales, encore en cours d’aménagement. Au sol, des installations pour arrimer des palettes. 1 200 tonnes de marchandises pourront être transportées. Ce voilier-cargo devrait naviguer à 13 à 14 nœuds en moyenne. « On devrait rallier New York en 12 jours, la Colombie en 15 jours. Développer le transport maritime à la voile a un objectif de décarbonation par rapport au changement climatique. Mais, en plus, on s’aperçoit qu’on sera plus rapide qu’un porte-conteneur qui passe beaucoup de temps dans les transbordements. Nous, nous serons autonomes avec nos grues à bord pour le chargement et déchargement. »

« 20 centimes de plus par paquet de café »

A bord, pour inspecter les cales, Alexandre Bellangé, PDS de Belco, importateur de café durable, l’un des clients partenaires et soutien de Towt : « Le transport sur ce voilier-cargo coûtera trois à quatre fois plus cher que le transport au fuel, soit 20 centimes de plus par paquet de café. Je pense que des consommateurs déjà motivés par le café équitable, sont capables de mettre un peu plus pour soutenir le développement de ce transport décarboné. Un porte-conteneur consomme 200 000 litres de fuel lourd par jour. Mais il n’y a pas que le climat. La pollution sonore est équivalente à deux fois la limite autorisée en boite de nuit, ce qui impacte directement la faune maritime. »

Une filière qui se développe

Ce voilier cargo a été construit en Roumanie par les chantiers Piriou dont le siége est basé à Concarneau dans le Finistère. Son sistership ( bateau jumeau) est en cours de réalisation au Vietnam par le même chantier breton. Six autres voiliers sont prévus. Chaque année, 100 000 navires font transiter plus de 70% des marchandises du commerce mondial. L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) prévoit que la demande va plus que doubler d’ici 2050. Elle affirme aussi que les émissions de CO2 pourraient diminuer de 72% si on développe toutes les possibilités de décarbonations. Créée en 2019, l’association Wind Ship rassemble une vingtaine de porteurs de projets de transport à la voile, dans l’objectif de structurer les filières industrielles.

23 mars 2024

Partager :