Pour que les massacres de type Melilla ne soient pas banalisés

La barrière frontière de Mélilla, est une clôture de douze kilomètres de long et 6 mètres de hauteur entre le Maroc et la ville espagnole de Mélilla, située sur le continent africain.

Y-aura-t-il une véritable enquête ? Les citoyens indignés réussiront-ils à faire changer de politique à l’Union Européenne? Vous voulez comprendre ? Dimanche 24 juin 2022, plusieurs centaines de migrants, majoritairement des soudanais et des nigérians, ont tenté un passage en force de la barrière de l’enclave espagnole de Mélilla, située sur le continent africain, à la frontière du Maroc. Selon plusieurs témoins, ils étaient « armés de pierres, bâtons, quelques-uns même de crochets et de couteaux ».Les forces de sécurité marocaines ont répliqué. Le bilan, encore provisoire est de 23 morts parmi les migrants et plusieurs dizaines de blessés.

D’où viennent ces migrants?

Ces migrants viennent surtout d’Afrique subsaharienne, et notamment du Darfour, où une nouvelle flambée de violence a récemment fait des centaines de morts et 50 000 déplacés.

Les réactions de solidarité

Dimanche 26 juin, les Espagnols ont manifesté dans tout le pays en signe de solidarité avec les victimes. L’organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) ont réagi conjointement pour rappeler la nécessité « en toutes circonstances de prioriser la sécurité des migrants et des réfugiés » et « l’importance de trouver des solutions durables pour les personnes en situation de déplacement ». Migraction réclame une enquête sur les responsabilités des forces de l’ordre espagnoles et marocaines dans la mort de ces personnes. Migraction demande également que soit réalisé un examen médico-légal systématique des corps.

Interpeller l’Union européenne

Pour le président d’Amnesty International en France, Jean-Claude Samouiller, « C’est la politique de l’Union européenne qui conduit à ces drames », en sous traitant sa politique de fermeture des frontières au Maroc.

Et moi, je peux faire quoi ?

Se tenir au courant pour que ce type de massacre ne soit pas banalisé ? Rester en contact avec ceux qui craignent une  » invasion » et avoir en tête quelques arguments? S’engager ?

A lire : lutter contre les préjugés sur les migrants

28 juin 2022

Partager :